Mes premières explorations de la foi Bahaï

Par défaut

C’est juste le hasard qui m’a permis de découvrir la foi Bahaï, cette nouvelle religion dérivée de l’Islam chiite. En fait, je ne connaissais de cette religion monothéiste que le nom qu’elle porte. Le mérite revient à un ami qui m’avait invité à une rencontre au cours de laquelle chacun pouvait évoquer Dieu et élever ses prières, selon sa langue et selon sa foi.

La rencontre était pleine de surprises pour moi. La première surprise était de savoir que la maison qui abritait la rencontre appartenait à un couple arabe issu de parents bahaïs ayant immigré très tôt au Canada en raison de leur bahaïsme.
C’était un couple très instruit et bien accueillant. Il était ravi de me recevoir dans sa demeure embellie d’une fourniture raffinée, inspirée du goût de la noblesse arabe. Il recevait un groupe de personnes des deux sexes et de différentes cultures : des canadiens de diverses origines dont des hollandais, des perses et des arabes.

Ma deuxième surprise tenait donc à la diversité culturelle jumelée de la diversité cultuelle du groupe. Les membres invités n’étaient pas nécessairement des bahaïs et la prière n’était pas conditionnée par un quelconque rituel religieux. Bien que l’anglais et le français étaient les deux langues officielles de communication, l’opportunité était offerte à chacun, à tour de rôle, de dire sa prière à sa façon et en sa langue préférée.

Alors que j’avais choisi d’invoquer le nom d’Allah et d’élever ma prière en langue française, ma surprise fût grande de constater que l’hôtesse avait choisi d’élever sa prière avec ferveur et dévotion en mettant en relief une belle voie féminine manipulant la langue arabe classique avec une grande fluidité de langage et une aisance impressionnante. C’était la première fois que j’ai pu assister à une communion multi-cultuelle et multiculturelle. Et les surprises y avaient égayé ma participation et bercé ma curiosité intellectuelle après l’élévation de prières.

En posant une question sur les notions de Paradis et de l’Enfer dans la foi Bahaï, mon hôte m’a donné un bref résumé de la vision bahaïste dans laquelle il n’y a pas de place pour le Paradis et l’Enfer mais, plutôt, pour une vie de l’au-delà où l’âme évoluerait soit près du Dieu, soit loin du Dieu. Évidemment, la circonstance n’était propice pour une discussion en profondeur des spécificités de la foi bahaï mais elle était une occasion d’or pour moi de me reposer des questions sur lesquelles je ne me suis jamais retardé par le passé.

Comment est-il possible que la foi bahaï aurait pu prendre corps au sein de l’Islam alors que le Coran considère l’Islam comme étant la religion agréée par Allah et que nulle autre religion que l’Islam ne serait acceptée d’Allah?
Comment est-il possible que Baha-U-Allah, le fondateur du bahaïsme au XIXème siècle, se soit déclaré comme étant la manifestation du Dieu après la mort du prophète Mohamed, survenue au VIIème siècle, sachant que le prophète Mohamed est considéré comme étant le sceau (dernier) des prophètes?

Dans le tourbillon des questions et interrogations sans réponses qui tarabustaient mon esprit, un convive d’un âge assez avancé m’avait abordé au moment où tout un chacun s’apprêtait à partir. C’était là la dernière surprise de la rencontre : il m’avait demandé mon nom et mon numéro de téléphone. Depuis, nous sommes devenus des amis et, au fil de temps, nous avons réussi à former un petit groupe multiculturel et multi-cultuel, constitué d’hommes et de femmes, pour étudier des écrits bahaïs au cours d’une petite rencontre hebdomadaire.

Notre étude porte présentement sur la version anglaise de l’un des livres les plus notoires de Baha-U-Allah : il s’agit du Livre de la Certitude traduit en anglais par Shoghi Effendi, le gardien, de son vivant, de la foi Bahaï. L’étude de ce livre s’avère très intéressante pour la recherche de la vérité religieuse dans l’enceinte du monothéisme. Elle permet de découvrir que le livre ne fait pas uniquement référence aux versets du Coran, mais aussi aux versets de la Bible, pour étayer la vision bahaïe sur les manifestations du Dieu.

Publicités

2 réflexions sur “Mes premières explorations de la foi Bahaï

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s