La Bible pour mieux comprendre le Coran

Par défaut

C’est grâce à l’étude de la Bible que ma compréhension du Coran est devenue plus accessible, plus large et plus profonde.  L’étude de l’Ancien Testament et du Nouveau Testament m’a donné les concepts religieux de base pour mieux percevoir les apports du Coran en rapport  avec la Bible.

Dès lors, lorsque je lis la version coranique d’un quelconque récit biblique, mon cerveau commence à réfléchir pour savoir pourquoi le Coran a traité le même récit différemment.

Le but de la question ne consiste pas à prouver que le récit de l’un est plus authentique ou plus véridique de celui de l’autre. Il consiste simplement à mieux comprendre la vision globale du Coran par rapport à celle de la Bible.

Pour être plus concret, je prendrai l’exemple d’Adam. Ce patriarche biblique est présenté dans le Coran comme étant la créature divine la plus aimée d’Allah au point qu’Allah lui avait inculqué un savoir qui outrepassait largement le savoir des anges.

Mieux encore, Allah décida d’aller plus loin dans son entreprise lorsqu’il demanda aux anges de se prosterner devant Adam, et ils se prosternèrent devant Adam à l’exception du Satan qui refusa, s’enfla d’orgueil et fut parmi les infidèles et les désobéissant à Allah.

Cette version du coran n’existe nulle part dans la Bible et elle n’aurait aucunement éveillé des questions dans mon esprit si je n’avais pas lu la Bible et ce que la Bible dit d’Adam. C’est en étudiant la Bible que je me suis rendu compte qu’il y a deux versions diamétralement opposées au sujet d’Adam.

Encore une fois, la question centrale ne consiste pas à savoir qui a raison et qui a tort mais, plutôt, à savoir quelle est la vision globale du Coran par rapport à celle de la Bible.

Pour en savoir plus, je dois aller chercher dans la Bible pour trouver des éléments de réponses qui permettraient de parfaire la comparaison des textes et de tirer des conclusions concluantes.

L’étude de la Bible n’est pas un péché aux yeux de l’Islam. Le prophète Mohamed, lui-même, connaissait très bien la Bible dans ses deux composantes ; à savoir  l’Ancien Testament et le Nouveau Testament. Il en est pour preuve les versets coraniques qui demandent aux gens du livre (Juifs et Chrétiens) d’apporter leurs preuves.

Deux exemples peuvent être pris de Sourate La Famille d’Imrân (Les Lévites : membres de la tribu de Lévi voués au service du Temple) pour illustrer le propos. Il s’agit des versets 65 et 93.

Le verset 65 dit : Ô gens des Écritures ! Pourquoi discutez-vous au sujet d’Abraham, alors que la Thora et l’Évangile n’ont été révélés qu’après lui? Êtes-vous donc déraisonnables à ce point?

Le verset 93 dit : Tous les aliments étaient permis aux fils d’Israël, excepté ceux qu’Israël lui-même s’était interdits, avant que la Thora ne fût révélée. Dis-leur : «Apportez la Thora et lisez-la, si vous êtes de bonne foi !»

Corrélativement, dans un abrégé d’exégèse d’Ibn Kathîr, il est rapporté qu’Abdoullah Ibn Amr prit possession de deux livres du peuple des Écritures le jour de la bataille d’Al-Yarmouk. Il se mit à rapporter ce qu’ils contenaient car, pour lui, ceci était autorisé par le Hadith sur les contes israélites.

C’est en accédant à différentes sources qu’Abdoullah Ibn Amr  avait vraisemblablement dû nourrir son discernement et fonder son choix.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s