Les Guerres Bibliques : les batailles de l’histoire

Par défaut

Dans leur livre intitulé « Les Guerres Bibliques : les batailles de l’histoire », les deux éminents auteurs, Mordechai Gichon et Chaim Herzog, risquent de déconcerter les fidèles férus des récits bibliques qui, eux, croient fermement que le Dieu de Moïse avait personnellement aidé le peuple d’Israël dans sa conquête de « la terre promise » qui appartenait aux Cananéens.

Comme le souligne le livre « Les Guerres Bibliques : les batailles de l’histoire », les israélites sont l’unique peuple à avoir conquis et occupé le pays des cananéens pendant presque douze siècles d’affilé. L’histoire du maintien de leur contrôle sur ce pays stratégique dans la géopolitique de l’antiquité a été truffée de nombreuses guerres que l’on appelle communément « les guerres bibliques ». Celles-ci jonchent la période allant de la sortie de l’Égypte sous l’égide de Moïse à la libération du joug de l’empire grec, vers le milieu du IIème siècle avant Jésus Christ, sous la houlette des frères Maccabées.

Les guerres bibliques sont consignées dans les livres de l’Ancien Testament qui racontent les péripéties des différentes guerres des israélites d’un point de vue religieux qui place le Dieu de Moïse à la tête des armées d’Israël. Nous y trouvons les guerres des fils d’Israël avec tous les peuples dont les Madianites, les Cananéens, les philistins [palestiniens], les syriens, les libanais, et les jordaniens [les Moabites, Ammonites et les Édomites], sans oublier leur colonisateurs Assyriens et Babyloniens, etc. Nous y trouvons également les guerres intestines comme celles qui opposèrent David à son roi Saül.

41TY1M74CTL._SX309_BO1,204,203,200_

Lors de l’occupation grecque, le peuple israélites de la Judée s’est révolté contre l’empire séleucide pendant une période allant de 171 à 140 avant Jésus Christ. C’était une épopée des israélites, une âpre guerre de libération sous la houlette des frères Maccabées qui avait mené le pays vers son indépendance et la fondation du royaume hasmonéens vers la moitié du IIème siècle avant Jésus Christ. L’épopée de cette longue guerre de libération n’est pas consignée dans la Bible à l’instar des autres guerres. Elle est plutôt consignée dans les livres des Maccabées que la Bible chrétienne ne canonise pas.

Les théologiens bibliques comme les dévots voient dans « Les Guerres Bibliques » des guerres du Dieu d’Israël et il les considère, à ce titre, comme l’accomplissement de la volonté du Dieu. Dans cette perspective, fort est de constater que le Dieu d’Israël présente son être comme étant le Dieu des armés d’Israël, et ce, avant même que les Israélites quittent l’Égypte pour aller dans le désert à la conquête du pays des cananéens. Dans le verset 4 du livre de l’Exode, le Dieu de Moïse dit en substance : « Il faudra donc que je pose ma main sur l’Égypte et que je fasse sortir du pays d’Égypte mes armée, mon peuple, les fils d’Israël, par de grands jugements ». De surcroît, la lecture de la Bible ne cesse de nous ressasser que les Israélites se sont constitué une armée et que le Dieu de Moïse se trouve être le Dieu des armées.

//rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?ref=qf_sp_asin_til&t=books0b8b-20&m=amazon&o=15&p=8&l=as1&IS1=1&npa=1&asins=2848550988&linkId=7b2f70e741d83729b09f3d6ac2fb28ec&bc1=000000&lt1=_blank&fc1=333333&lc1=0066c0&bg1=ffffff&f=ifr

Contrairement à la vision des auteurs de la Bible sus indiquée, les auteurs du livre « Les Guerres Bibliques: les batailles de l’histoire », n’érigent pas Dieu en chef des armées et ne lui attribuent point les victoires des israélites sur leurs ennemis. Ils se donnent plutôt une vision très large qui leur permet de remonter dans le temps au XXIVème siècle avant Jésus Christ et de mettre le décor des forces en présence afin de situer le lecteur dans un contexte géopolitique global tout en le mettant au parfum tant de l’emplacement stratégique du pays des cananéens que de l’importance de cet emplacement géographique dans le contexte géopolitique en place.

Outillés de leur formation militaire et armés leur connaissance tant de la Bible que de la topographie d’Israël, nos deux auteurs se proposent d’expliquer les récits des guerres bibliques en leur appliquant les lois de la guerre. Ils mettent ainsi en exergue le jeu des stratégies et des tactiques, la mise à contribution de la topographie du terrain, la compensation de l’infériorité en nombre par l’effet de la surprise, et la fortification tant de de la foi que de l’engagement du peuple dans sa conquête de la « terre promise ».

Il va sans dire que les auteurs du livre rendent vivants les récits bibliques par la qualité de leur travail et l’impertinence de leur expertise dans le domaine militaire. Personnellement, j’ai aimé lire et relire « Les Guerres Bibliques : les batailles de l’histoire » pour mieux appréhender les guerres bibliques à l’abri des extravagants récits de la Bible dont, entre autres, le récit de la prise de Jéricho à la suite du siège mis en place par le peuple israélite.

Comme on peut bien le constater dans les cinq premiers versets du chapitre VI du livre de Josué, le récit biblique se résigne à nous faire croire que les murailles de défense de Jéricho se sont écroulées sous l’effet magique des trompettes et des clameurs du peuple que le Dieu d’Israël avait ordonné à Josué. Voyons donc ce qu’en dit le Dieu de la Bible dans ce récit biblique! :

« Or, Jéricho était hermétiquement close à cause des fils d’Israël : personne ne sortait et personne n’entrait.

Dieu dit encore à Josué :  « Vois; j’ai livré en ta main Jéricho et son roi, les hommes forts et vaillants,

Et vous tous, hommes de guerre, vous devrez marcher autour de la ville, faisant le tour de la ville une fois, Ainsi feras-tu pendant six jours.

Sept prêtres porteront, devant l’Arche, sept cors fait de cornes de bélier, et le septième jour vous marcherez sept fois autour de la ville, et les prêtres sonneront du cor.

Et voici ce que devra arriver : quand ils feront retentir la corne de bélier, quand vous entendrez le son du cor, il faudra que tout le peuple pousse un grand cri de guerre ; la muraille de la ville devra tomber sur place, et le peuple devra monter chacun droit devant soi. ».

Dans ce contexte, il importe de spécifier que le livre [Les Guerres Bibliques : les batailles de l’histoire] a particulièrement le mérite d’être écrit par deux militaires de grand calibre qui avaient fait leurs preuves dans l’armée britannique lors de la seconde guerre mondiale avant de regagner les forces israéliennes et d’évoluer en Israël. En effet, outre sa carrière militaire, l’auteur Mordechai Gichon (1922-2016) était, en effet, un spécialiste de l’histoire militaire, de la géographie et de l’archéologie d’Israël des temps anciens à l’université de de Tel Aviv. Il était également auteur d’autres ouvrages en anglais et en allemand. De son côté, Chaim Herzog (1918-1997) a été le sixième président d’Israël et ce pendant dix années. Il a été également ambassadeur de son pays auprès de l’ONU, directeur du renseignement militaire israélien, député, journaliste à la radio et écrivain. Il est également auteur d’autres ouvrages dont « The Arab-Israeli Wars ».

Dans leur livre, « Les Guerres Bibliques », les auteurs couvrent une période de douze siècles de l’histoire antique d’Israël allant des campagnes de Josué aux révoltes des frères Maccabées en passant par les guerres de la période des juges, la fondation du royaume unifié d’Israël et la subdivision du royaume en deux, le royaume de Judée au Sud et le royaume d’Israël au Nord. Cela dit, Mordechai Gichon et Chaim Herzog ont le mérite de faire de leur ouvrage un livre de référence indispensable à l’étude de l’histoire antique et des textes bibliques. Il s’agit évidemment du livre intitulé : « Les Guerres Bibliques : les batailles de l’histoire ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s