Publication : « La Tragédie de l’Islam Moderne » de Hamadi Redissi

Par défaut

« La Tragédie de l’Islam Moderne » : c’est le titre de l’ouvrage que Hamadi Redissi a publié dans l’Édition du Seuil en 2011. À la lecture de ce livre, on est tenté de se demander si l’Islam n’est pas en lui-même une tragédie. En scrutant l’histoire de l’Islam, nous constatons que les musulmans se sont entretués entre eux à outrance dès le lendemain de l’annonce de la mort suspecte du prophète de l’Islam. La tradition musulmane rapporte que le prophète est mort empoisonné ; ce qui est déjà un signe de mauvais augure pour l’avenir des premiers enrôlés de l’Islam primitif.

IMG_20180124_025715120_HDR

Après le décès du fondateur de l’Islam, le Calife Abû Bakr entreprit un génocide contre ses détracteurs causant la mort d’une vingtaine de milliers de réfractaires improprement accusés d’apostasie. Depuis lors, l’Islam est devenu notoire pour son intolérance à l’égard des réfractaires. Àprès un concours de circonstances et d’intrigues ayant causé la mort suspecte du prophète Muhammad, la main du destin à concouru, encore une fois, à l’élimination du Calife Abû Bakr Séddik de la circulation dans un laps de deux années suivant le décès du prophète Muhammad.

Quant au Calife Omar Ibn Khattâb qui succéda à Abû Bakr Séddik, la main du destin lui réserva un autre sort ; il fut assassiné en dirigeant la prière collective, sous les yeux de la communauté musulmane. Ne pouvant dissimuler cet acte d’assassinat commis sur la place publique, les historiens musulmans vont essayer de retourner la situation en faveur du défunt en le glorifiant et, surtout, en le faisant passer pour un homme unique de son genre dans le monde islamique en raison de sa droiture et de son sens de justice et d’équité sociale. La stratégie remporte de bons résultats puisque le Calife Omar Ibn Khattâb demeure le Calife le plus prisé dans le monde des musulmans sunnites. [Les Chiîtes ont un autre point de vue à l’endroit des Calfies !]

Durant tous les quatorze siècles qui se sont succédés après son assassinat, le second Calife du prophète Muhammad s’avère irremplaçable aux yeux des musulmans sunnites. Ces deniers rêvent, à ce jour, de l’avènement d’un calife aussi juste et généreux que le Calife Omar Ibn Khattâb. Les sunnites attendent Godo alors que les chiîtes attendent le messie musulman que l’on appelle bizarrement Mehdi, l’attendu, en imitation des Israélites qui attendent le messie qui ne se manifeste jamais !

La tragédie de l’Islam n’est pas encore achevée ! Après l’assassinat du Calife Omar Ibn Khattâb survient l’assassinat de son successeur le Calife Othmân Ibn ‘Affane. Après l’assassinat de ce dernier survient l’assassinat de son successeur le Calife Ali Ibn Abi Taleb, le neveu et gendre du prophète de l’Islam. Le décès très suspect du prophète de l’Islam et la série d’assassinats perpétrés contre ses [lieutenants] et successeurs les plus proches de son vivant dévoilent un trait tragiue réccurrent  intrinsèque à l’Islam primitif.

Dans le discours des musulmans, la période des Califes est présentée sous de beaux jours. Le déni de la réalité est devenu de facto une trait intrinsèque de l’Islam. Personne n’ose parler de ces assassinats; mais tout le monde s’accorde à vanter l’exemplarité de cette période califale et à glorifier la première génération des musulmans de l’Islam primitif même si les membres de cette communauté se sont entretués entre eux au nom d’Allah et au nom de l’Islam au lendemain du décès du prophète qui les a réunis autour de l’Islam primitif.

À y penser, cela suscite l’ire et provoque le fou-rire. Comment peut-on admettre les dénis et les contradictions des musulmans sunnites. Ils glorifient les compagnons du prophète même si ces derniers se sont entretués entre eux. Il glorifient  ‘Aïcha, la veuve du prophète, même si celle-ci est sortie à la tête d’une armée pour combattre ‘Ali Ibn Abi Taleb, le neveu et gendre du prophète.

Ainsi, les sunnites glorifient les deux belligérants, ‘Aïcha, fille d’Abû Bakr Séddik et veuve du prophète Muhammad, et ‘Ali Ibn Abi Taleb, le neveu et gendre du même prophète.

Pis encore, le Coran érige ‘Aîcha au rang de « LA MAMAN de tous les [affidés] musulmans », et ce  en vertu du fameux verset 6 de la sourate XXXIII intitulée « Les Coalisés » . Le-dit verset édicte, d’abord, la sacralité des privilèges exceptionnels accordés au prophète eu égard ses disciples musulmans avant d’édicter la sacralité de ses femmes ( y compris ‘Aïcha ) afin de les épargner, vraisemblablement, de toute tentative d’exploitation sexuelle destinée à porter atteinde au charismatisme et à l’image du prophète.

Le Coran devait avoir pris note de scènes similaires rapportées par la Bible. Il s’agit tout particulièrement du récit biblique dans lequel Absalom, le fils de David, fait l’amour dans la terrasse du palais avec les dix concubines de son père à Jérusalem.  [Voir l’article intitulé : « Prophétie: concubines et sexe sur le toit» ]

Le Prophète a plus de droit sur les croyants qu’ils n’en sur eux-mêmes ; et ses épouses sont leurs mères. [Sourate XXXII, 6]

En rapport avec la tragédie de l’Islam, nous nous trouvons devant les questions suivantes:

  1. Comment se fait-il qu’une veuve aussi jeune et aussi belle que ‘Aîcha se permette de sortir à la tête d’une armée pour combattre ‘Ali, le neveu et gendre de son mari, alors que l’Islam nous enseigne que « LA FEMME » ne peut être aux commandes des musulmans. Il y a ici un malentendu quelque part pour ne pas oser dire qu’il y a un « mensonge » flagrant et inexplicable du côté des fondateurs des Hadiths suspects de Sahih al-Boukahari.
  2. Comment se fait-il que ‘Aïcha, la séduisante veuve du prophète, puisse sortir à la tête d’une armée pour combattre ‘Ali alors que l’on nous enseigne en Islam que les femmes doivent porter le voile et rester à la maison, loin des hommes,  à l’abri des hommes !? Il y a ici un malentendu quelque part pour ne pas oser dire qu’il y a un « mensonge » flagrant et inexplicable du côté des fondateurs de l’Islam ! On ne se lassera pas de le répéter !
  3. Comment se fait-il que « La MAMAN de tous les musulmans » puisse sortir à la tête d’une armée pour tuer « SES PROPRES FILS »?   Il y a ici un système de déni collectif dans lequel s’enferment les musulmans depuis quatorze siècle.

Rien n’a changé dans les faits ! L’Islam et les musulmans se refusent de se regarder dans le miroir et de se raviser.  La conquête de Napoléon en Égypte, en 1798, devrait réveiller les musulmans et les faire sortir de leur torpeur en leur ouvrant les yeux sur l’ampleur de l’abîme qui les sépare du monde moderne. Cependant, l’auteur de « La Tragédie de l’Islam Moderne » remarque que « l’irruption de Napoléon Bonaparte en terre d’Islam ne suscita chez les égyptiens qu’étonnement et méfiance » alors que la marche de ce même empereur français sur Iéna, en Allemagne, en 1807, fut reçue avec « plein d’admiration par le philosophe Hegel ».

Plus de deux siècles après, rien n’a changé dans les faits ! L’Islam a appris à contourner les questions posées par la modernité en les apprivoisant pour son propre bénéfice. En fait, les musulmans ont fait de l’Islam un fourre-tout où il y a de tous : la démocratie, la laîcité, les droits de l’Homme, les libertés individuelles, l’égalité entre les sexes, les réponses aux questions scientifiques et ainsi de suite. Pour les musulmans, l’Islam a la réponse à toutes les questions ! Grande Chimère…..!

Dans les faits, le bilan final dévoile « La Tragédie de l’Islam Moderne » à tous les niveaux. Qu’il s’agisse du terrorisme islamique ou des guerres entre pays musulmans et sectes musulmanes, « La Tragédie de l’Islam Moderne » demeure flagrante !

Qu’il s’agisse de la démocratie, des droits de l’homme, du développement humain ou de l’équité sociale, « La Tragédie de l’Islam Moderne » s’avère lamentable ! Pourtant, les musulmans continuent à vivre dans le déni collectif en se croyant « une nation supérieure aux autres » et « victime des agissements des ennemis de l’Islam ».

Pourtant « la Tragédie de l’Islam » perdure depuis quatorze siècles. En attendant de prendre conscience de leur torpeur, les musulmans du monde moderne continuent de vivre dans « La Tragédie de l’Islam Moderne » dans un dénit collectif des plus spectaculaires de l’histoire humaine !

Abonnez-vous au blog pour recevoir mes articles dès leur mise en ligne !

https://www.mythesfondateurs.com 

Apportez vos commentaires et vos recommandations au Blog !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s