Mahomet, était-il Juif ou Chrétien !?

Par défaut

Une dichotomie s’installe entre l’image renvoyée par le Coran et l’image renvoyée par la tradition musulmane quant aux interlocuteurs du prophète de l’Islam. La lecture du Coran nous renvoie l’image d’un prophète en continuel dialogue conflictuel avec les Juifs et les Nazoréens (Chrétiens) alors que la lecture de la tradition musulmane nous renvoie l’image d’un prophète envoyé à des Arabes païens et polythéistes et non pas à des Arabes juifs et chrétiens. En présence de telles divergences, le doute finit par s’installer. Qui a donc raison et qui a tort ?

Dans son essence, le Coran fait de la Torah sa cause principale et il réclame son application à la lettre ; il s’en prend sans cesse aux Juifs qui déclinent les lois, les prescriptions, les ordonnances et les décisions judiciaires de la Torah. Ainsi, le Coran accuse les Juifs de travestir les textes bibliques et de déclamer des versets qui ont l’air d’être des versets de la Torah alors qu’ils ne le sont pas selon ses dires. Bref, le Coran s’impose en un défenseur irréductible de la Torah et il nous renvoie, en revanche, l’image d’un prophète plus Juif que les Juifs. Cependant, comment peut-on expliquer qu’un prophète si attaché à la Torah soit enclin à prescrire à ses disciples le Pèlerinage autour de la Ka’ba des païens au lieu du Pèlerinage autour des ruines du Temple de Jérusalem ?

Il n’en est un secret pour personne ! Le Coran fait connaitre Moïse comme principal personnage biblique et il fait connaitre les prescriptions alimentaires bibliques à son auditoire. Pourtant, les Arabes mangent des animaux qui sont proscrits dans la loi de Moïse dont principalement le chameau et le lièvre. En tant que texte législatif, le Coran se réfère constamment à la Torah et à ses prescriptions qui ordonnent des décisions du genre :  » Œil pour œil et dent pour dent  » que l’on connaît ordinairement sous le nom de la loi du Talion. Néanmoins, le Coran n’ordonne jamais à ses disciples l’observance du Sabbat.

À la lumière des renvois coraniques à l’observance de la Torah et de ses prescriptions et au vu du silence des textes coraniques quant à l’observance du Sabbat et d’autres rites juifs, il y a lieu de se demander si Mahomet était un Juif ou non. Les contradictions du Coran semblent nous dire qu’il y a des choses non dites ou des choses omises ou escamotées dans le Coran qui nous empêchent de voir clair dans l’apport que le Coran entendait apporter à la Torah, à la foi juive et aux rites du Judaïsme. Sur ce plan, le Coran laisse ses lecteurs sur leur faim surtout lorsqu’il les surprend en prenant la décision de déclarer les Juifs comme étant « les pires ennemis de ses disciples » tout en affirmant que « les Nazoréens sont les amis les plus proches des affidés mahométans ». Cette déclaration coranique est consignée dans le verset 82 de la Sourate V qui s’énonce en ces termes :

 » Tu trouveras certainement que les Juifs et les associateurs (polythéistes) sont les ennemis les plus acharnés des croyants. Et tu trouveras certes que les plus disposés à aimer les croyants sont ceux qui disent :  » Nous sommes Nazoréens « . C’est qu’il y a parmi eux des prêtres et de moines, et qu’ils ne s’enflent pas d’orgueil. « 

Est-il possible de supposer que l’ire du prophète Mahomet contre les Juifs et la sentence coranique décrétant les Juifs comme étant les ennemis acharnés de ses affidés avaient amené le Coran à s’ouvrir largement sur les Nazoréens que l’on appelle communément les Chrétiens ? Il est difficile de répondre par l’affirmatif mais rien ne nous empêche d’en conclure que le Coran nous y donne l’air de bien s’entendre avec les Nazoréens. Corrélativement, le Coran consacrera deux de ses Sourates les plus longues aux Christianisme. Il s’agit de la Sourate III (La Famille d’Imrân) composée de 200 versets et de la Sourate XIX (Maryam) composée de 98 versets. Mais le mois de miel entre le Coran et les Nazoréen ne va pas faire long feu puisque ces amis les plus proches des affidés mahométans vont vite passer pour des ennemis selon les termes du verset 51 de la Sourate V qui s’énonce comme suit :

 » Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Nazoréens ; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide pas les gens injustes. « 

Il s’avère à travers la lecture du Coran que le prophète Mahomet n’était ni Juif ni Nazoréen. Il était probablement l’un de ceux que l’on appelle  » les judéo-chrétiens « , ce qui fait référence aux Juifs qui observaient la Torah tout en croyant à Jésus en sa qualité de prophète et non pas en sa qualité de Dieu ou Fils de Dieu. Cette acceptation semble plus plausible pour le moment et nous aurons l’occasion d’y revenir une prochaine fois. Mais ce qui pose un problème pour le moment c’est le fait que le Coran déclare les Nazoréens « des amis les plus proches des affidés mahométans » dans le verset 82 de la Sourate V alors qu’il les avait déjà déclarés comme « ennemis des affidés mahométans » dans le verset 51 de la même Sourate. Est-ce que cette coquille incombe à l’auteur primordial du Coran ou bien à l’une des manipulations ultérieures du texte coranique !

En nous référant cette fois-ci aux dispositions de la Sourate II que nous avons présentée dans un article précédent, nous constatons que le rédacteur primordial de la Sourate Al-Fatiha entendait doter ses disciples d’une prière propre à l’Islam pour se différencier « des égarés » et de « ceux qui encourent la colère du Dieu ». Il aurait élevé sa prière en disant :

« Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Toutes louanges et tous remerciements sont dûs à Allah, Seigneur de ‘Alamîn.

Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

L’Unique Maître du Jour de la rétribution.

C’est Toi [seul] que nous adorons, et c’est de Toi que nous cherchons aide.

Guide-nous vers la voie droite,

la voie de ceux que Tu as comblés de Tes grâces, non pas (la voie) de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés. »

Nous avons constaté dans notre article précédent que  la Sourate Al-Fatiha ne nous dit pas qui sont « les égarés » et qui sont « ceux qui ont encouru la colère d’Allah ». Néanmoins, cette ambiguïté coranique n’est ni fortuite ni unique. Elle n’est pas fortuite dans la mesure où l’on trouve dans le Coran des textes coraniques dépourvus des noms des personnages et des repères géographiques et temporels qui seraient de nature à contextualiser les faits et les événements. Elle n’est pas unique, non plus, dans la mesure où l’on trouve que le Coran ne daigne pas nommer ses adversaires par leurs noms mais, plutôt, par des qualificatifs ou sobriquets du genre :  » les infidèles »,  » les associateurs »,  » les hypocrites »,  » les gens du Livre », etc.

En nous référant à la tradition musulmane, nous constatons que l’exégèse de la Sourate II nous fait savoir que les Juifs sont  » ceux à qui ont encouru la colère de Dieu  » et que les Chrétiens sont ceux qui sont considérés comme  » des égarés « . En partant de ce constat, on est porté à se demander si le Coran tente de nous présenter le prophète Mahomet comme ayant été un Chrétien au début de sa carrière de prédicateur. Le Coran n’a-t-il pas dit dans la Sourate XCIII que son pré-supposément messager Mahomet était égaré lorsqu’il s’adressa à lui en lui disant dans les versets 5 à 6 de la Sourate ce qui suit :

 » Ton Seigneur t’accordera certes [ses faveurs], et alors tu seras satisfait.

Ne t’a-t-il pas trouvé orphelin et Il t’a accueilli ?

Ne t’a-t-il pas trouvé égaré et il t’a guidé ? « 

Abonnez-vous au blog pour recevoir mes articles dès leur mise en ligne !

https://www.mythesfondateurs.com 

Apportez vos commentaires et vos recommandations au Blog !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s