LE MYTHE DU JARDIN D’ÉDEN (3)

Par défaut
Corrélativement, « le peuple se mit à observer le sabbat le septième jour » et Dieu continua à fournir la manne jusqu’à l’arrivée des fils d’Israël à la frontière méridionale du pays de Canaan après une période de quarante années d’errance dans le désert de la péninsule de Sinaï. C’est ce que nous indiquent les versets subséquents du chapitre XVI de l’Exode.La deuxième étape sera entamée au campement des fils d’Israël à Rephidim. Après avoir utilisé le subterfuge de la manne dans le désert de Sîn pour faire appliquer la loi du sabbat, les auteurs de l’Exode vont faire ressortir dans le chapitre XVII de l’Exode deux autres défis que le Dieu d’Israël devra relever en prélude à l’alliance sacré entre Dieu et son peuple, d’un côté, et l’inscription de la loi du sabbat dans les dix commandements de Moïse, d’un autre côté.

Selon le récit biblique, les fils d’Israël vont mettre encore une fois leur Dieu à l’épreuve en réclamant, cette fois-ci, l’eau à boire. Pour concéder à leur demande, Dieu leur fait sortir de l’eau potable en demandant à Moïse de prendre son bâton magique et de frapper sur le rocher, au mont de Horeb. À la suite de cette mise en scène biblique, les fils d’Israël ont désormais l’air d’un peuple prémuni des affres de la faim et de la soif dans le désert grâce à l’action providentielle de leur Dieu.

Mais la mise en scène biblique saura se montrer plus attrayante en mettant encore un foi Dieu à une épreuve militaire. Les auteurs de l’Exode vont mettre en avant une scène de combat opposant les Israélites aux Amaléqites qui contrôlaient le territoire. La victoire miraculeuse des fils d’Israël sur leur adversaire Amaléqites sera assurée grâce au bâton magique que Moïse devait tenir dans sa main levée vers le haut à la longueur de toute la journée du combat.

Dans la scène biblique, le pauvre Moïse était fatigué de lever sa main jusqu’au coucher du soleil pour assurer la victoire de ses troupes car chaque fois qu’il baisse sa main, les Amaléqites l’emporte sur les Israélites. Pour maintenir le combat à leur avantage jusqu’à la victoire finale, Moïse se fit aider par ses deux assistants. Le verset 12 nous relate la situation en ces termes :

« Lorsque les mains de Moïse furent lourdes, alors ils prirent une pierre et la mirent sous lui, et il s’assit dessus ; Aaron et Hour lui soutinrent les mains, l’un de ce côté et l’autre de ce côté, si bien que ses mains restèrent fermes jusqu’au coucher du soleil. »

Grâce à cette mise en scène militaire, les auteurs de l’Exode nous démontrent à travers leur récit que Dieu avait assuré aux fils d’Israël non seulement la sécurité alimentaire mais également la sécurité militaire. Ils nous révéleront également que les guerres bibliques seront menées dans une sainte alliance entre Dieu et son peuple pour le recouvrement de la souveraineté du Dieu comme nous le laissent penser les versets 14 et 15 dans lequel il est signifié que Dieu s’engage à « effacer complètement le souvenir d’Amaleq de dessous les cieux » alors que Moïse, de son côté, bâti un autel en hommage à Dieu en disant : « Parce qu’une main est contre le trône de Yah, pour Jéhovah ce sera la guerre avec Amaleq de génération en génération. »

 

À SUIVRE…

 

Abonnez-vous au blog pour recevoir mes articles dès leur mise en ligne !

Apportez vos commentaires et vos recommandations au Blog !

Mythes Fondateurs de l’Islam entre le Coran et la Bible

https://www.mythesfondateurs.com

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s